Le Hanoï et ses vendeuses de rues

En parlant de Hanoï, on pense toujours à une ville antique, avec des maisons-tubes couvertes de mousse, des toits en tuiles et des rues sinueuses. Il est sans aucun doute que les hanoïens sont toujours attachés à l’histoire de leur ville et à leur patrimoine qui existent depuis des millions années. Et, dans le paysage urbain de Hanoï de nos jours, il y a une apparition colorée dans les rues de la ville, figure familière, incarnation d’une tradition culturelle : des vendeuses de rues ambulantes. Dans le quotidien frénétique de la capitale, elle propose un moment de douceur, et de contact humain.

Le Hanoï et ses vendeuses de rues

Le vendeur de rue désigne les marchands ayant un faible fonds pour l’exploitation et les moyens de base pour ouvrir un magasin. Les vendeurs de rues sont quasi exclusivement féminins. Ce sont en effet, des femmes venant de la campagne pour la plupart et subissant une vie misérable, qui pratiquent cette activité. A vélo, à pied, portant palanche sur l’épaule ou poussant un chariot, souvent très lourd, ces femmes ne ménagent pas leur peine pour, par tous les temps, battre le pavé de la capitale pour vendre aux habitants fleurs, fruits, légumes, journaux, encas, habits…

Le Hanoï et ses vendeuses de rues
Crédit photo : dothi.net

Étant connu depuis longtemps, le commerce ambulant a fait son apparition et est devenu peu à peu un signe caractérisant de la ville de Hanoï. En effet, cette ville s’est beaucoup développée, mais les produits des marchands ambulants ne sont jamais démodés. Avant, l’enfance de plusieurs générations vietnamiennes s’est attachée à l’image des pieds nus des vendeurs de rue et leurs chants qui scandent les produits à vendre, sortant des bruits de la vie animée. Chaque jour, après une longue matinée de classe, tous les enfants souhaitent goûter des bonbons bien mielleux venant des vendeurs de rue. Le commerce ambulant fait non seulement la propre marque de notre ville mais aussi contribue à l’économie nationale. Il fournit des produits à des travailleurs et des pauvres, améliore la qualité de vie des personnes à faible revenu.

Le Hanoï et ses vendeuses de rues
Crédit photo :Vteen.com.vn

En raison de l’urbanisation, le nombre des supermarchés et des magasins modernes poussent comme les champignons. Pourtant, ils ne peuvent pas remplacer le rôle particulier des vendeurs de rue. Des marchands ambulants restent une beauté culturelle de Hanoï. L’image des vendeurs de rue reste toujours l’incarnation d’une tradition culturelle de cette région.

Leave a reply:

Your email address will not be published.